Dans le vignoble français, le temps des danseuses est révolu.

Si les chinois achètent moins qu’avant, nos vignobles attirent plus que jamais de riches investisseurs français et étrangers. Mais fini le temps des trophées. Ceux-là en attendent une rentabilité, notamment grâce à l’oenotourisme.