Les vignobles restent prisés des riches investisseurs étrangers. Mais aussi des Français qui y cherchent une rentabilité autant qu’un lieu de vie inspiré par un désir de retour à la terre.

Par Stéphanie Lacaze-Haertelmeyer